Justice et équité : Cinquième piller du management éthique

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Découvrez : Justice et équité :

 Cinquième pilier du management éthique

Quatrième Pilier du management éthique 

Justice et équité !

Je vous rappelle que vous êtes libre de télécharger gratuitement mon livret :

Mes 10 techniques pour gagner en efficacité dans votre management

Les 10 techniques du manager éthique en action

Ce cinquième article de management éthique poursuit la série de 5 articles qui mettront en avant :

Mes 5 piliers du management éthique

Si vous prenez le train en marche; et il n’est jamais trop tard pour commencer, je vous propose de lire mes précédents articles sur le PILIER N°1 : PILIER 1 – PILIER 2PILIER 3PILIER 4 

Sinon retour direct à l’âge de pierre ( la préhistoire, pas le prénom !)

Pilier N°5 : Justice et équité !

La première égalité c’est l’équité : Victor Hugo

Pourquoi ce pilier est-il important lorsque l’on désire orienter notre vision du management, vers un management éthique ?

Parce que ce pilier, s’appuie sur deux notions qui vont au delà du travail et du management, qu’il soit éthique ou non ! Nos institutions déclament haut et fort que nos sommes tous égaux en droits et donc en devoirs, mais aussi que nous sommes tous égaux devant la justice !

Une petite explication pour commencer :

l’égalité c’est sur l’obligation que l’on se donne d’offrir la même chose à tous les gens pour qu’ils puissent s’épanouir et vivre une vie saine et épanouissante.

l’équité est une démarche orientée sur les principes de justice et d’impartialité, pour assuré l’équité il faut s’assurer que chaque personne ait accès de manière égale aux opportunités lui permettant de vivre une vie saine et épanouissante

Allier l’égalité et l’équité garantira à toutes et tous les mêmes chances de réussites et d’épanouissement en ayant à leur disposition au même moment les mêmes opportunités et chances. 

La finalité de ce PILIER 5 est d’aller vers une entreprise qui donne l’accès à toutes et tous aux opportunités qu’elle propose tout en gardant en ligne de mire que femmes et hommes sont et doivent êtres égaux .. en tout et tout le temps

Hors, force est de constater que nous sommes loin, vraiment loin d’avoir des entreprises qui se soucient vraiment en profondeur des implications en termes de justice et d’équité.

Aucun manager ne devrait jamais dire :  Je ne peux rien y faire, la société est ainsi faite !  C’est justement de notre responsabilité personnelle de contribuer à ce que tout soit Justice et Équitable dans les sociétés qui nous emploient !

Parce que ici encore, Justice et Équité sont le fruit d’un travail sur soi, qui doit considérer chaque personne pour ce qu’elle est au travers de ses compétences actuelles et futures, de ses aptitudes face au poste et non considérée pour ses origines et/ou son sexe !

A nous de créer une réelle rupture par rapport à l’immense majorité des entreprises.  Le cinquième pilier, doit changer nos visions et nos façons d’aborder toute personne dans nos services et dans les services connexes !

90% des employés se plaignent d’être mis à l’écart des informations que distribue pourtant leur manager aux 10% faisans parti de leur “cercle , leur garde rapprochée” . Bien sûr que chaque personne a des affinités naturelles envers telle ou telle personne, mais au travail le manager se doit d’être 100% dans une communication tout autant Justice et qu’Équitable

Ce pilier 5 : Justice et équité  m’est apparu comme essentiel en partant d’un constat assez affligeant, au 21 éme siècle hommes et femmes ne sont toujours parvenus ensemble à ériger l’égalité et l’équité au rang des premières préoccupations des entreprises !
Justice et équité sont pourtant eux aussi de formidables leviers pour augmenter l’implication de nos collaborateurs ! L’inverse , l’injustice et l’iniquité sont de puissants démotivateurs.

Les risques sont importants pour les entreprises de voir leurs collaborateurs les plus doués partir, et les autres rester… en attendant mieux !

Mais la justice et l’équité ne sont pas uniquement de la responsabilité des entreprises ou de leurs dirigeants !

Quel que soit notre poste, et encore plus du fait de notre mission de management, nous sommes acteurs du respect total de ces deux principes fondateurs de nos sociétés… Enfin ils le devraient !
Encore une fois, les entreprises que je qualifierais de « citoyennes » ont bien compris que mettre au premier rang de leurs préoccupations Justice et équité, augmente sans commune mesure leurs résultats commerciaux, financiers et leur productivité.

 

Elles sont plus innovantes, plus rentables, plus à l’écoute du marché, et elles récoltent ce qu’elles ont semé, Justice et équité !

 

Le pourquoi de ce cinquième PILIER :

Votre valeur ajoutée dans une structure, qu’elle soit entrepreneuriale ou familiale est de veiller à ce que les choses soient mises en places pour assurer, à toutes et tous, et à chaque instant Justice et équité. Même si c’est encore loin d’être le cas un peu partout, on peut estimer qu’il y a un mouvement de fond qui tend à améliorer les choses aux quatre coins de la planète depuis quelques décennies.

Le gap pour y arriver est encore loin, car on constate toujours :

Les femmes gagnent 28% de moins dans le secteur privé et seulement 22% sont des cadres
Les femmes ne sont qu’à 41% en CDI, ce sont dans 70% des employées et dans 62% des cas des emplois non qualifiés

Ces tableaux en disent long … je vous conseille d’ailleurs de lire le rapport de l’INSEE à ce sujet (cliquez ici)

Toujours est-il que lire des rapports, voir des tableaux, c’est bien mais comment pouvons-nous concrètement dans notre job, changer cela et mettre en place des stratégies et des façons de faire qui changeront ces états de fait ?
Dans cet article, ce cinquième pilier, je vais vous expliquer quelles sont nos croyances, nos peurs, et comment rendre notre action parfaitement éthique, c’est certainement l’un des piliers les plus demandeurs d’une éthique la plus poussée qui soit.

Vous avez conscience, et vous voyez ou ressentez dans votre entreprise, qu’il y a des façons de recruter, de promouvoir, d’informer qui ne sont pas ou peu teintées de Justice et d’Equité.

Vous vous demandez peut-être pourquoi s’en préoccuper ? En quoi est-ce votre faute ? Qu’auriez-vous à gagner et à perdre à vous en mêler ? Ou bien en avez-vous la capacité, la force, les compétences ?

Si vous êtes sur ce blog, que ce soit régulièrement ou bien pour la première fois, c’est que ce sujet vous touche et donc vous ressentez le besoin de comprendre, pour agir ! On arrive rarement à une information par hasard, on trouve toujours ce que l’on recherche consciemment ou inconsciemment ! Je ne suis pas partisan de lire, pour s’informer et pour savoir, sans se mettre en marche pour agir ! A quoi cela pourrait-il vous servir de connaître les tenants et aboutissants d’un état de fait, si ce n’est pas pour agir ? Agir pour les autres, c’est agir pour soit, ce que vous donnez vous le recevez toujours au centuple !

Ce qui vous pousse à vous remettre en question par rapport à la Justice et l’Equité, et bien c’est que l’on est souvent nous-même quel que soit notre statut, notre sexe, notre caractère, notre charisme, victime d’injustice et d’iniquité.

Aujourd’hui dans notre travail, hier dans la cours d’école, à la maison, au sport … La vie est parfois injuste et difficile me direz-vous, OUI mais c’est bien pour cela que nous devons, être bienveillant et attentif à ne pas oublier d’être conscient de nos obligations envers Justice et Equité

Une des difficultés que j’ai pu rencontrer et à laquelle vous serez aussi certainement confronté, vient du fait que notre culture, notre éducation, nous ont formatés, pour de bonnes choses, tel que le respect des lois, des autres, etc. Par contre nous pouvons ne pas nous apercevoir que nous agissons souvent involontairement, par habitude, tradition, comme papa et maman, comme les collègues, nos dirigeants nos politiques et religieux en écartant tout ou partie de la Justice et de l’Equité  que nous devons aux autres.

Prenons un cas qui m’est familier, pour illustrer mes dire. Dans mes fonctions de management je suis amené régulièrement à recruter des collaborateurs pour des postes de commerciaux, administration des ventes, service après ventes ….

Une fois l’annonce publiée, les CV affluent rapidement, et en grand nombre ! Une définition de poste a été préparée et je connais le profil qui doit convenir au poste en question !

J’ai donc devant moi quelques 80 à 100 CV, il ne m’est pas possible de tous les rencontrer et je dois faire un premier tri pour ensuite affiner et rencontre des candidats en adéquations avec le poste proposé.

J’ai pris dès mon premier poste de directeur commercial, l’habitude de conserver mes notes ainsi que les CV des candidats que j’avais retenus ou pas. En 30 ans j’ai dépassé les 150 recrutements ce qui me permet je pense d’avoir une vision assez juste des choses !

En écrivant cet article, je me suis replongé dans ces 30 années de recrutement, et j’ai été le premier surpris sur un certains nombres de points

Au global sur 152 recrutements :

54% avaient un bac + 5, 31% un bac +2 et seulement 15% avec le bac ou moins

67% furent des hommes et seulement 3% de femmes

Pour les hommes 88% avaient BAC+5 – 51% BAC+2 et seulement 26% BAC ou moins

Pour les femmes 12% avaient BAC+5 – 49% BAC+2 et seulement 74% BAC ou moins

Il est à noter que ce sont des chiffres sur 30 ans et les choses étaient très dégradées les 12 premières années et n’ont cessées de s’équilibrer depuis… Le management éthique étant passé par là !

Sur les 7 dernières années les chiffres sont à l’équilibre ou presque dans les cinq critères mentionnés ci-dessus

Par contre en ce qui concerne l’équité salariale, je suis assez fier, d’avoir un bilan très positif, car tous les commerciaux quel que furent leur sexe, avaient un contrat identique et des secteurs au final +/- identiques en CA et donc en salaires.

Toujours est-il qu’il m’a bien fallu constater, que question Justice et de l’Equité j’avais eu aussi mes années sombres, bien que n’ayant jamais eu ni le sentiment ni la volonté exprimée de faire quelque injustice ou iniquité que ce soit !
Avec le recul, je pense que l’on peut mettre un certain temps à nous rendre compte des choses, surtout si l’on n’est pas exposé soit même à ces injustices, et si l’on a pas la chance d’avoir à un moment ou à un autre un mentor, qui nous montre la voix !
Le fait même que ces probables injustices envers certains ou certaines candidates aient eu lieu, sans volonté de ma part, montre que nous sommes quelque part « pilotés » par des croyances, des résistances qui engendrent nos comportements.
Combien de fois ais-je dû batailler pour recruter UNE commerciale pour un secteur de vente représentant ¼ de la France, face à mon PDG retissant d’avoir un jour ou l’autre les contraintes d’une grossesse, voir un besoin naturel ensuite d’être plus présente à la maison la semaine ?
Combien encore de fois, sentant une personne d’une motivation intense, ais-je du argumenter et me mettre en garant pour embaucher un collaborateur peu ou pas diplômé ? Certaines réflexions me reviennent souvent à l’esprit encours d’entretien, sur la consonance maghrébine d’un candidat qui aurait pu l’handicapé dans ses relations clients…
Pourtant en prenant le temps de faire un bilan sur les années passées (et pourtant je ne suis pas fan de revenir en arrière..), mes collaborateurs qui réussirent le mieux, qui mirent le plus d’intensité dans leur travail, dans leurs missions, furent toujours ceux qui à priori n’avaient pas des croix dans toutes les cases de nos grilles de recrutements standardisées, et avec le recul… injustes et inéquitables.
Vous serez aussi confrontés directement ou insidieusement, à faire des choix, et comme choisir c’est renoncer… Ce ne sera pas toujours facile, entre vos besoins, vos candidats, les habitudes de l’entreprise, les réticences de tel ou tel dirigeant. Les réticences réelles ou imaginaires de vos clients.
Pour illustrer, j’avais décidé de retenir une jeune femme de 28 ans, pour un poste de responsable commercial sur la région Sud-Ouest. Bien diplômée, cultivée et motivée, son dynamisme et son enthousiasme m’avait séduit, et ma décision était prise de l’embaucher. Je devais juste valider avec mon DG de l’époque. Content de moi, je présentais donc l’élue au poste au DG du groupe, qui dès qu’il vu le prénom fit une grimace que je me remémore encore… Franck une fille (déjà une « fille » par une « femme »), elle va nous coller à la fin de sa période d’essais un gosse et il te faudra encore recruter, ou te débrouiller en répartissant les clients durant son congé maternité !Je lui répondis et ALORS ? Ce qui engendra une forte montée en tension de mon N+1, me demandant si j’avais conscience des choses et des besoins de nos clients ? Je répétais de nouveau et ALORS ? Très irrité mon DG me somma de revoir « ma copie » et de sélectionner dans le lot des CV un homme, car on peut plus compter sur les hommes …
Et ALORS, je lui ressorti les chiffres, pas des impressions, mais des chiffres du turnover de nos équipes de ventes ainsi que les résultats des ventes et les jours d’absences, entre hommes et femmes !
Il en resta bouche bée, ce qui était rare pour lui ! Demanda au RH de valider ce qu’il présentait comme vrai ! Et oui l’imaginaire nous fait volontiers croire qu’une femme, qui est sans aucun doute, potentiellement une future maman, serait de ce fait plus absente, plus contrainte par son second job de maman ! Toujours est-il que c’est FAUX, pourquoi ? Parce que l’on ne regarde que ce qui est flagrant en tout, c’est exacte qu’une bonne parti de la cinquantaine de femme que j’ai pu recruter devinrent maman, et que je dû m’organiser durant leur congé maternité… Mais en parallèle, les hommes, s’ils ne sont pas directement concernés, sont de part nature beaucoup plus infidèles, et oui que ce soit en couple ou en entreprise, l’homme aime regarder et aller voir ailleurs s’il le peut !
Quant aux jours non travaillés, sur une période de 5 ans, c’est au jour prêt identique entre un homme et une femme ! Sauf que dans cette statistique, je vous rappelle que certaines de mes collaboratrices avaient pris 16 semaines bien méritées ! Donc au regard de cela il n’y avait aucune raison de piéger tel ou tel sexe ! De plus en regardant la fidélité des clients, et bien les collaboratrices avaient un taux plus fort, car plus présentes, plus à l’écoute, et surtout moins dans le rapport de force !
Autre point à noter, les femmes sont plus régulières dans leur travail et plus demandeuses de formations, au final une femme n’est en aucun cas un handicap pour l’entreprise, future maman ou pas ! Par contre le renouvellement des commerciaux hommes montrait un coût beaucoup plus élevé que celui des femmes.
L’origine du nom et du prénom, peut aussi nous amener malheureusement à tout sauf à la Justice et l’Equité ! Et oui désolé mais nous avons des relents nauséabondes de racisme latent en nous ! Pas volontairement ce qui me semble encore plus grave, mais sournoisement implanté dans nos cultures (et cela semble valable que ce soit entre occident et orient et entre orient et occident, et en fait entre toutes les « pseudos » races). Alors comment sortir ce cet état de fait et déjà comment s’en rendre compte ?
Et bien prenez le temps de regarder autour de vous, et de vous poser la question, que serait l’entreprise dans laquelle je travaille si 80% des employés étaient comme on dit pudiquement, de la seconde génération ! Si vous vous sentez aussi à l’aise que la seconde d’avant, vous n’avez pas de problème avec cette forme d’iniquité, dans le cas contraire … Il est temps de remettre ici encore les pendules à l’heure !

Petit interlude amusant …. 

Donc nous avons tous plus ou moins enfouie en nous des peurs vis-à-vis des autres, et encore plus s’ils viennent de régions dont les traditions, les religions sont différentes des nôtres (enfin de nos traditions actuelles.. rappellerez-vous le moyen âge, l’inquisition, les croisades.)

A vous de travailler un peu maintenant :

Petit exercice pratique :

Prenez en donc le plus souvent conscience pour vous assurer d’être un manager éthique garant de Justice et d’Equité en étant attentif à tout ce qui peut mettre une personne, un groupe, à l’écart d’informations, de formations, de promotions et de tout autre chose accessibles à l’ensemble.

C’est aussi à vous de ne pas créer de privilèges et de privilégiés dans vos structures, de mettre en place des entretiens individuels permettant de détecter toute NON-Justice et NON-Equité !

Regardez aussi régulièrement les contrats de travail, les fiches de postes, et les missions que vous proposez à vos collaborateurs.

Une analyse objective fait ressortir facilement les plus petites des inégalités. Vos plans de formations sont-ils toujours proposés à tous vos collaborateurs de façon équitable, ou bien faites-vous une sélection subjective ? Si vous sélectionnez, ce qui peut avoir un sens, assurez-vous que vos critères permettent à toute personne concernée d’en bénéficier, même votre assistante qui part bientôt en congés maternité.
N’ayez pas peur de regarder avec insistance ce que vous avez fait, ce qui se pratique, c’est la base de tout, prendre conscience !
La mixité sociale, raciale, culturelle, religieuse, est une vraie chance pour tous, tout le temps, regarder les entreprises les plus en pointe dans tous les business, ne sont-elles pas vraiment … Colors of Benetton ?

Pensez-vous sincèrement que si ces multinationales aux services de leurs actionnaires en ont fait une arme de conquête, c’est par pur déontologie, ou bien est-ce parce qu’elles le font qu’elles deviennent si puissantes ?
A vous de trancher ! Moi c’est fait depuis longtemps !

Ces attitudes vous permettrons aussi d’éviter à la maison :

 

 

Ces vidéos parlent d’elle même sur le respect, qui est l’antichambre de l’égalité et de l’équité !

 

Et rappelez vous toujours  : 

LISEZ-LISEZ & LISEZ encore

 Je ne saurai finir un article sans vous avoir proposé un livre de ma bibliothèque.

Ce sera aujourd’hui un livre  : de Gérard Da Silva : De l’égalité à l’équité & Liberté & cie : Quand la liberté des salariés fait le succès des entreprises de Isaac Getz & Brian Carney

 

Citation de Richard Teerlink, ex patron d’Harley-Davidson :

« Ce n’est pas que les gens n’aiment pas changer,
c’est que les gens n’aiment pas qu’on les change. »

 

Peut-être que vous connaissez la légende amérindienne du colibri. Un jour, dit la légende :

Un terrible feu embrase la forêt. Les animaux sont pétrifiés, ne sachant que faire.
Seul un colibri fait des allers-retours et jette quelques gouttes d’eau sur le feu.
Le tatou, énervé, lui dit :
« Arrête, ça ne sert à rien ! Tu fais n’importe quoi. »
Le colibri lui répond :
« Tu n’as pas compris. Ce qui est important pour moi,c’est qu’en faisant cela, je fais ma part. »

 

Pour ne pas manquer mon prochain article abonnez-vous et pensez à me laisser vos commentaires et/ou idées d’articles à traiter !!   

 

Franck Augry – manager éthique 

Le Manager Ethique Rend le management accessible à tous !

  • 1
  •  
  •