Steeve Jobs : Être l’homme le plus riche

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être l’homme le plus riche du cimetière ne m’intéresse pas.

Aller me coucher le soir en me disant que j’ai fait des choses extraordinaires aujourd’hui, voilà ce qui compte.

Steeve Jobs

J’avais juste envie de partager avec vous !

Et oui, être le plus riche cela veut dire quoi exactement ? Avoir plus de biens, d’argent, de pouvoir ? Et si c’est le cas que pouvons nous en tirer au final aux derniers instants de notre vie si courte ?

Ce qui rend notre vie plus agréable à vivre c’est le bonheur que nous y trouvons, et que nous y créons, le matériel n’est au final qu’un outil que l’on utilise pour quantifier et valoriser aux yeux des autres ce que l’on pense être le reflet de la qualité de notre propre bonheur .

Faire des choses extraordinaires c’est tellement facile et à la portée de tous que Steeve Jobs nous indique que c’est la une réelle source de plaisir ! Oui c’est facile de trouver dans nos vies de quoi faire des choses, des actions, des pensées extraordinaire ! Et pourtant nous n’y consacrons que peu de temps, tellement persuadés que plus nous travaillons, produisons, plus nous allons vers le bonheur !

Le regard des autres n’est que le miroir de ce que l’on veut y voir, et accélérer cette course effrénée pour avoir plus et plus vite, pour au final paraître encore plus face aux autres nous fait perdre l’extraordinaire de nos vies.

Steeve Jobs a su rapidement que sa maladie l’emporterait, il s’est bien entendu battu contre elle, mais il a surtout profité de ce temps restant pour capitaliser le plus de bonheur et de joie, alors que nous aurions naturellement tous tendance à n’y voir que la douleur d’une issue fatale.

Steeve Jobs comme beaucoup de personne sachant que leur mort est programmée, prennent conscience de ce qui est au fond le plus important dans ce passage sur terre. Ce n’est pas l’épaisseur de notre portefeuille, bien qu’il soit un outil utile pour vivre une vie paisible, mais ce n’est qu’un outil et comme chaque outil, c’est la main experte du maître artisan qui en fait un outil de grande qualité … ou pas !

Dans cette échéance programmée, Steeve Jobs  a su encore plus qu’un autre aller chercher dans le plus profond de lui-même des ressources insoupçonnées , de joie, de créativité et d’humanité.

Allez ce coucher, prend alors une signification autre que juste aller se reposer, pour Steeve Jobs c’est aller vers un repos éternel qu’il sait imminent !

D’ailleurs pour ceux qui l’ont beaucoup suivi, même l’intensité du regard a changé avec l’approche de l’échéance de sa mort . On peut y capter une profonde envie d’aller plus loin, plus intensément vivre chaque instant, chaque moment présent.

Quand des échéances sans retours possibles en arrière arrive, le moment présent devient pour beaucoup l’expression pur de la vie et du bonheur. La maladie, le décès sont des périodes tristes et douloureuses mais souvent des prises de conscience que le seul moment à vivre et que l’on ne vit, c’est le moment présent.

Le passé n’est qu’un souvenir, que l’on vit au moment présent auquel on y pense, et sur lequel nous n’avons aucun pouvoir, que l’on soit l’homme le plus riche du monde ou le plus démuni !

Le futur n’est que le présent qui avance au rythme d’un présent en perpétuel avancement , s’en inquiéter , en avoir peur, ou croire qu’il sera meilleur, est insignifiant, car il n’existe pas plus que le passé n’existe !

D’ailleurs s’attacher à ressasser le passé, pour se mortifier d’actions, de réactions que nous y avons fait et qui ne nous semblent pas adéquates, à quoi cela nous sert t’il ? Pouvons nous y changer quoi que se soit, alors que vivre intensément le moment présent, le seul qui soit réel, et qui restera réel tout au long de nos existences, nous assure une vie plus paisible, que nous pouvons orienter!

Le pire de tout dans notre amour du passé, c’est qu’il est le résultat de nos pensées incessantes plus de 60 000 par jour … presque deux pensées par secondes, que nous reste t’il comme temps pour penser à l’instant présent ?

 60 000 pensées par jour 14 heures éveillés soit  72 pensées par minutes soit +/- 2 pensées par seconde

Toutes ses pensées ne sont pas dans le passé ou dans le futur, mais sachez que les 2/3 sont négatives et se rattachent à des événements qui nous ont fait du mal… donc avant tout dans le passé, et qu’elles sont aussi souvent dans le futur en projection directe des souffrances perçues dans notre passé.

Alors prenons le temps d’utiliser à bon-escient le temps présent, mieux le moment présent, en y trouvant une continuelle source d’émerveillement.

Le temps n’est qu’une création de notre égo, il est certes utile car nous devons programmer certaines choses, c’est aussi un moyen efficace de nous positionner et de nous organiser.

Utilisons le temps pur ce qu’il est, ce que certain appellent le temps horloge, une sorte d’échelle nous permettant de nous projeter et de programmer nos actions dans un temps présent plus lointain.

Mais méfions-nous du temps psychologique, qui nous emprisonne dans le passé douloureux de nos échecs présumés et dans un futur soit merveilleusement non atteignable, soit horriblement une répétition de notre passé douloureux.

Ce temps psychologique est le refuge de notre égo, dont une des fonctions est de nous alerter sur les dangers et sur la peur de la mort ! Il n’est pas de bon conseil, car la peur si elle n’évite pas le danger, elle augmente nos risques de ne pas vivre un moment présent apaisé en nous projetant au travers de nos pensées dans un passé et un futur qui nous fait peur!

Vivre le moment présent c’est une belle aventure, qui est à la portée de chacun de nous, toujours et dès maintenant!

Il suffit, mais ce n’est pas toujours facile de prendre conscience que le temps n’est pas réel et que seul cet instant qui avance sans cesse avec nous l’est.

Imaginons une terre sans aucun homme, que des plantes et des animaux, quel serait la place du temps dans cet espace de pure nature ? Qui se soucierait des heures, passés et futures ? Un arbre s’inquiéterait-il de perdre ses feuilles en automnes et de se retrouver nu ? Une fleur se lamenterait telle de la beauté passée de ses pétales du printemps et se projetterait elle dans un futur plus fleuri ? Un éléphant se soucierait-il des 22 mois de gestation de son petit ou vivrait-il instant après instant le fil de sa vie ? Quelle influence aurait le passé et le futur dans un monde qui ne pense pas 2 fois par secondes à ce qui fut et serait !

Une immense partie de notre énergie se disperse dans le passé et le futur qui nous tient tant à cœur, pourtant encore une fois réfléchissons : qu’avons nous vécu, qui soit le reflet exact de ce que nous avions projeté ? La vie nous semble parfois nous emmener là où elle le désire, au fil des rencontres, des opportunités, et de ce que l’on pense être des échecs.

Regardez les tout jeunes enfants, qui ne parlent pas encore, comme ils sourient à la vie, comme ils passent des sourires aux larmes en l’espace d’une fraction de seconde.

Comme ils sont heureux du moment présent, pensez-vous qu’ils soient déjà dans l’analyse, et la persécution de leur passé ? Non ils n’ont pas de souvenir et encore moins d’éducation qui leur inculque le besoin de se positionner vis-à-vis des autres et d’eux mêmes ?

Alors me direz-vous ils ont une notion du futur car ils réclament quand ils ont faim, pourtant non ils demandent au fur à mesure de leurs besoins, et vivent chaque minute comme la seule et unique minute de leur vie, sans en avoir conscience ils vivent l’unique moment de leur vie le moment présent

L’égo issu de nos cultures passées et actuelles, n’a pas encore imposé son diktat du temps!

Une étude a été faite par des chercheurs Américains pour déterminer la notion que de jeunes enfants de 5/6 ans avaient du futur . Pas facile à mettre en évidence, en parler risquait de modifier les résultats en fonction de la perception même des enfants des questions qui auraient pu être posées.

Un des chercheurs imagina alors de leur proposer un deal avec des bombons !

Il proposa à chacun des bambins 3 bombons, et leur dit que s’il n’en mangeait qu’un seul, dans une 1/2 heure ils en aurait en le double soit 4 ! A priori tout le monde en prendrait un seul et attendrait patiemment une petite 1/2 heure.

Pourtant tous les enfants qui avaient bien compris le système, une fois seuls dans la pièce, mangèrent l’intégralité des bombons, mettant en évidence le peu d’importance qu’ils attache au futur, et aussi qu’ils n’en attendent rien de bon ( bombon en l’occurence )

 

Comme Steeve Jobs  ces enfants ont intégré l’importance du moment présent, et ne cherchent qu’à vivre le plus intensément ce moment qui se répète inexorablement dans notre vie, à chaque instant.

Voila ce que je voulais partager avec vous sur cette citation de Steeve Jobs 

C’est pour moi aussi un élément qui est la base du management éthique, vivre le présent est un accélérateur de performances et de résultats pour le futur

Travaillons intensément le présent sans se soucier du futur ( sauf pour y programmer des actions bien entendu) mais surtout sans en attendre des miracles ou des catastrophes !

Le futur n’existe pas il est au mieux, notre présent qui avance, par contre notre vie aura du sens si notre présent est suffisamment intense et riche à chaque instant, C’est d’ailleurs une des façons qu’avaient les philosophes grecs pour évoquer le bonheur !

Pour ne pas manquer mon prochain article abonnez-vous et pensez à me laisser vos commentaires et/ou idées d’articles à traiter !! 

D’ailleurs que pensez-vous de cette pensée ?

Le Manager Ethique

 

Le manager éthique 

Franck Augry 

 

Merciiiiiiiiiiiiiii ! N’oubliez pas de Manager et Vendre avec sérénité et succès ! 

  • 2
  •  
  •